La Bulgarie est encore méconnue… et c’est bien dommage.

On s’était dit que ce coup-ci, notre enfant tenait debout et qu’il était temps de repartir vers une destination dépaysante et disons …”moins évidente”. La Bulgarie… tu as déjà été ? Non. Tu as des amis proches qui ont été ? Non ? Allons voir!

Depuis la Belgique, on ne nous demande jamais pourquoi partir en France, en Espagne, Italie ou même en Grèce. Croatie et Montenegro semblent se démystifier, mais quand on a dit avoir pris nos billets pour partir 2 semaines en Bulgarie, plusieurs personnes nous ont demandé “ce qu’on allait foutre là-bas”.

Pourtant, c’est le même temps de vol que la Grèce, et c’est même à côté.
Pourtant, culturellement, c’est un territoire qui n’a cessé d’accueillir (ou de se faire envahir mais ne chipotons pas : c’est comme tout lopin de terre Européen qui se respecte) des empires et civilisations façonnant pendant des siècles un carrefour presque inévitable entre l’Occident et l’Orient, un mélange rappelant la Roumanie, la Turquie et la Grèce, ou résonnent les contributions Thraces, Russes, ou Ottomanes.
D’ailleurs, il y a aussi neuf sites inscrits sur les listes du patrimoine mondial de l’UNESCO. Rien que ça. J’ai pu en voir 4 , ils valent bien le détour.
Pourtant encore, y a de belles montagnes, des villes vibrantes (Sofia, Plovdiv, Véliko Tarnovo,…), une côte ou les Hôtels-Ressorts et autres parcs d’attractions aquatiques n’ont pas grand-chose à envier à certaines plages prisées des Iles Canaries.
Il est relativement facile de s’y déplacer, d’y communiquer en anglais, et l’argument massue des petits budgets : C’est vraiment bon marché tant pour s’y loger, se véhiculer ou se sustenter.

Monastère de Rila

Alors Je me suis demandé pourquoi tant de retenue, et vraisemblablement, je ne suis pas le seul, comme en témoigne Cette opinion parue dans le Figaro lorsque la Bulgarie à repris la présidence tournante de l’UE.

Je crois que très simplement, pour ce genre de destination, les stigmates du Rideau de fer avec l’U.R.S.S. sont encore bien présent : L’Ouest ne s’est pas vraiment intéressé au pays pendant près de 45 ans de domination communiste, et on dirait qu’à la chute du mur, il n’y a pas eu de grosse opération séduction vers notre partie de l’Europe… ou du moins tardivement. La Croatie ou le Monténegro ont réussi cette transition, devenir une destination tendance. les clichés Bulgares gardent la vie dure (Corruption, Roms et pauvreté pour ne citer que les premiers me venant à l’esprit) , et une certaine réalité les a évidemment générés.

En 2019 Plovdiv à décroché le titre de capitale européene de la culture. Qui le savait? Manque de campagnes marketing, de lobby ou peur des clichés… au moins un peu des deux.

Tout ou presque est pourtant en place pour une riche découverte… “alors si la destination reste snobée, tant mieux pour vous”… c’est ce qu’on lit dans les guides touristiques, je le confirme, et j’en garde un super souvenir.